Néa Kaméni

Néa Kaméni

Au coeur de l’archipel de Santorin au milieu des 5 îles, en plein centre de la caldera, se trouve l’île de Néa Kaméni. Il s’agit de l’île que tout le monde souhaite visiter et c’est ici ou le volcan est le plus actif. En effet l’îlot est le sommet émergé du volcan actif. Le sol est chaud sous les pieds et des fumerolles s’échappent de-ci de-là. C’est de là que vient son nom qui signifie « la nouvelle brulée ». On la distingue de Paléa Kaméni, tout proche qui elle est « l’ancienne brulée ». C’est une île à visiter accompagné d’un guide et qui n’a rien d’autre à proposer que le loisir de se balader sur un volcan encore en activité. Le paysage lunaire vraiment étonnant donne l’impression de rentrer dans les entrailles de notre terre et mérite le détour. L’île est aussi un parc géologique naturel.

L’île de Néa Kaméni est récente (au sens géologique du terme) car elle n’a que 500 ans et c’est une des plus récentes de toute la Méditerranée. Sorti des eaux en 1573 et appelée alors Mikri Kaméni, elle fait aujourd’hui 3,4km2 et quand même 150m d’altitude. Volcan dit gris, c’est à dire explosif et dont la lave est visqueuse, l’îlot a connu ses dernières éruptions en janvier et février 1950. Depuis son apparition, il y a eu 3 grandes éruptions qui ont donné naissance à plusieurs îles qui se sont transformées et regroupées pour former l’île que l’on connaît actuellement. L’île est suivie de près par la communauté scientifique

Les champs de rochers de couleur noir, ocre, rouge et beige alternent avec des tapis de plantes succulentes vertes et rouge en son centre. On sent clairement qu’il se passe quelque chose sous nos pieds et en l’espace de quelques dizaines de mètres, les paysages changent du tout au tout.

Comment accéder à Néa Kaméni ?

Pour accéder à l’île, rien de plus simple : la plupart des officines touristiques et de commerce nautique proposent des excursions depuis l’île principale vers Néa Kaméni et on en trouve pour tous les goûts : en navette rapide, à la journée, en combiné avec les autres îles ou avec d’autres activités tel que nage dans les eaux volcaniques… Il faut compter entre 15 et 30 euros par personne et prévoir au minimum 1/2 journée (trajet compris). Les bateaux partent des ports de la caldeira (le plus court c’est depuis Firostefani mais c’est surtout depuis le vieux port de Fira que se font les excursions) et accostent dans une crique depuis lequel le chemin parcourt l’île.

Une fois sur place, le chemin obligatoire (c’est une réserve protégée) est suffisamment large et sécurisé pour absorber les flux de visiteurs (jusqu’à 100 par bateau et plusieurs dizaines de bateaux par jour en été). La marche sur l’île ne présente pas de vraie difficulté et en 2h en prenant son temps, il est possible de vraiment profiter et faire le tour de tout ce qu’il y a à voir.

Il est possible de visiter Néa Kaméni seul ou en visite guidée. Cette deuxième possibilité plaira surtout à ceux qui s’intéressent à la géologie et aux curieux de tout. Typiquement, l’oeil novice ne saura pas voir les différents cratères (au moins 5) ni les traces laissées par l’activité volcanique. Pour les visiteurs sans guide, un petit livre à l’entrée de l’île est disponible et plutôt intéressant.

Visiter Néa Kaméni, aspects pratiques

  • Il n’y a pas de boutique sur Néa Kaméni. Prenez vos bouteilles d’eau et en-cas pour l’excursion.
  • Il n’y a pas d’ombre non plus. Chapeau plus que conseillé.
  • Très forte affluence en été avec son lot de contraintes : foule partout, propreté peut mieux faire…
  • L’île n’est pas vraiment accessible à celles et ceux qui ont des difficultés à marcher en terrain accidenté (chemins de pierres). Le sol peut être glissant à cause des gravillons et éboulis.
  • Faisable en tongs pour les plus téméraires, de bonnes chaussures (baskets fermés) sont néanmoins très recommandées.
  • Il faudra plusieurs douches pour faire partir l’odeur d’oeufs pourris qui colle à la peau des baigneurs. Toujours pour les baigneurs : les maillots de bains clairs et les combinaisons n’apprécieront pas vraiment les eaux sulfureuses. Enfin, il faut bien savoir nager  : les courants contraires sont traitres (mais les organisateurs ont l’habitude d’envoyer des bouées pour tracter les nécessiteux).
  • À l’arrivée sur l’île, il faut encore bourse délier. 2,5 euros par personne.
  • Il est interdit de ramasser les… cailloux (et oui, c’est une zone protégée).

Photo : Nikos Roussos