Avez-vous déjà aperçu ce symbole représentant un oeil bleu ? Les yeux avertis le repèrent partout. Il s’agit d’une protection contre la « matiasma » (le mauvais oeil). Très superstitieux, les grecs se protègent du mauvais oeil en représentant ce signe distinctif un peu partout : sur les embarcations, sur les murs des maisons proche de l’entrée, porté en bijou ou accroché au rétroviseur de leur voiture…

Les grecs le déclinent en peinture, sur des perles, en amulettes, en bracelets, en colliers… Les touristes les achètent aussi dans les boutiques de souvenirs sous la forme de bijoux mais aussi porte clés, tee-shirts, coussins et serviettes de plage.

Souvent appelé « mati » ou « mataki« , le but principal de l’oeil grec n’est pas décoratif. Il est là pour protéger et empêcher les effets du mauvais oeil. Il est très souvent représenté par un ensemble de cercles : bleu foncé pour l’extérieur, blanc ou bleu clair au milieu puis noir (comme la pupille) en plein centre. Le bleu symbolise l’eau, symbole de vie et de croissance. Plutôt censé dans un pays ou l’eau est rare.

Très répandue sur le pourtour méditerranéen, la croyance du mauvais oeil est bien ancrée depuis l’époque de la grèce antique. Le regard d’une personne jalouse porte malheur à celui qui est visé : il a alors le « mauvais oeil » et devient « matiasmenoss« . La personne touchée par le mauvais oeil voit s’abattre sur elle de multiples malheurs et tracasseries : problèmes de santés, problèmes sentimentaux… La personne jalouse n’a pas besoin d’avoir envie de nuire pour porter le mauvais oeil et beaucoup de personnes peuvent donc être touchées (notamment les femmes et les bébés). Pour ce prémunir de ces embêtements, la « mati » est une parade simple et efficace.

Et lorsque le symbole se brise, c’est qu’il a rempli son rôle : le mauvais oeil a été évité. Il faut alors le remplacer pour se prémunir des futurs agressions de même type.

Photo : FocalPoint