Santorin, va-t-elle être victime de son succès ? Le parlement européen, dans une étude datant de l’automne 2018 et publié en janvier 2019 met en garde et pointe plusieurs pistes afin d’offrir à Santorin un futur agréable à ses habitants et pour ses touristes.

Il y a foule sur Santorin

Coucher de soleil encombré à Santorin

L’étude qui cible plusieurs dizaines de destinations touristiques en Europe utilise l’île de Santorin comme une étude de cas. Nommée « Research for TRAN Committee – Overtourism: impact and possible policy responses« , l’étude est téléchargeable depuis la page dédiée surle site du parlement européen. Outre les constats globaux et les recommandations génériques, on y apprend pour Santorin que :

  • plus de 500 mariages de touristes y ont lieu chaque année
  • 5,5 millions de nuitées en 2017 (+66% depuis 2012)
  • 2 millions de visiteurs annuels en 2018
  • 630 bateaux de croisières en 2015 transportant environ 800000 passagers et jusqu’à 18000 visiteurs par jour débarquant sur l’île. Avec les récentes limitations introduites par l’île, il n’y a eu plus que 620000 passagers en 2017
  • Un ratio de 107 touristes pour 100 habitants et 220 touristes par km2/jour
  • 15% de la surface de Santorin est construite – à comparer avec les 1% moyens constatés sur les autres îles grecques
  • Revenus du tourisme : 1 milliard d’euros par année

Conséquences du sur-tourisme à Santorin

stop à la maltraitance des ânes

Les ânes de Santorin à la queue leu leu pour transporter toujours trop de touristes

Les points négatifs listés ci-dessous ont surtout lieu en été et plus largement de mai à octobre :

  • Trop de touristes dans les quartiers résidentiels
  • Trop de bateaux de croisières
  • Ratio touristes/habitants trop important
  • Problèmes environnementaux, manque d’infrastructures liées à la gestion des déchets, à l’énergie, à l’eau, aux transports et moyens de déplacements
  • Plaintes des touristes contre… les autres touristes
  • Embouteillages
  • Incivilités et sur-concentration de personnes
  • Trop de Airbnb et de locations courtes qui nuisent aux locaux qui ne peuvent plus se loger

Les experts pointent du doigt la surexploitation des ressources locales, un appauvrissement de l’environnement, des pressions fortes sur les infrastructures et des tensions sociales.

Mesures déjà prises sur Santorin pour contrer le sur-tourisme

Depuis 10 ans, les officiels locaux n’ont pas su répondre à l’accroissement de la demande touristique. Avec le gouvernement central, ils se renvoient la balle. Néanmoins, la mesure symbolique de quotas de bateaux de croisières est un premier geste symbolique et fort (8000 personnes maximum par jour).

Les experts du rapport considère la destination comme étant « à risque ». La gestion et la régulation des flots de touristes est nécessaire pour préserver l’image de la destination, prévenir les détériorations et préparer l’avenir touristique et l’attractivité de Santorin.