Se déplacer sur Santorin

Se déplacer sur Santorin

une fois le pied posé sur l’île principale de Santorin et les bagages déposés dans l’hébergement réservé, la question du transport va se poser. Si vous avez été particulièrement prévoyant, tout est déjà réglé (ou l’hébergement vous propose un moyen de locomotion) mais dans tous les cas, voici ce qu’il faut savoir sur les moyens de déplacement sur Santorin.

Se déplacer sur Santorin

  • Bus : Super service. Peu cher et grandes amplitudes horaires mais conduite nerveuse et voyages entassés durant l’été. Idéal entre les villes principales. La gare routière étant à Fira, c’est un passage obligé. Attention aux arrêts intermédiaires : le chauffeur ne s’arrête pas si le bus est plein.
  • Taxi de Santorin : Pratique et rapide. Bien valider le montant avant le départ. Possible de le prendre à plusieurs (avec des inconnus) pour faire baisser les frais.
  • Navettes des hébergements : Les propriétaires proposent parfois des navettes (aéroport, port). Autant en profiter. Par contre, pour les autres locations (voiture et deux-roues), les prix sont généralement plus intéressants auprès des spécialistes.
  • Téléphérique : Sympa à faire à un moment ou il n’y a pas de bateau de croisière dans le port sinon, préparez-vous à prendre votre mal en patience.
  • Âne : Sympa à faire une fois. Mais ce n’est pas rapide et l’odeur que l’on traîne avec soi toute la journée est particulière… Les plus lourds éviteront afin de ne pas faire souffrir les animaux.
  • Vélo : Ne pas oublier que ça grimpe (et sévère) et que les automobilistes ne sont pas forcément très avenants. Mais pourquoi pas. L’île est petite et le vélo permet d’en faire le tour sans avoir pour autant besoin d’une condition de champions. Peu de cyclistes sur place et peu de loueurs.
  • Quad, scooter et deux roues motorisés : C’est une bonne idée à condition de bien maîtriser ce genre d’engins et d’avoir un peu de puissance (ça monte fort et les petits moteurs n’arrivent pas toujours à grimper). Le risque principal étant lié au vent (et à ses bourrasques violentes) qui font dévier les véhicules légers. Les petites croix sur le bord de la route nous rappellent qu’on ne rigole pas avec les éléments naturels. Il faut compter entre 15 et 30 euros/j.
  • Location de voiture : C’est le plus pratique et même si l’île est petite, les virages (nombreux) rallongent les trajets. De 30 à 60 euros/j suivant la saison. Idéal pour aller vraiment partout et pour éviter d’être serré comme des sardines dans les bus.
  • Bateau-taxi : Pour de petites excursions sur les îlots proches ou pour rejoindre l’autre bout de l’île par la mer, le bateau est la solution incontournable. Des navettes rapides et de petits bateaux propose les déplacements. C’est plutôt rapide et ça permet de faire un tour de bateau. Ce n’est pas le moins cher (loin de là) mais c’est aussi l’excuse pour profiter du paysage et du vent relatif du bateau plutôt que de transpirer le long des chemins raides et poussiéreux de l’île.

Rouler sur Santorin

  • La Grèce est très mal notée au niveau européen en ce qui concerne la sécurité routière. Soyez très vigilant.
  • En cas de location de véhicule, bien vérifier l’état du véhicule avant le départ. Les tarifs des locations sont dégressifs avec la durée. Au delà de quelques jours, ça devient très intéressant. Pour louer un scooter, il faut le permis. Et plus de 21 ans dans tous les cas.
  • Le casque est obligatoire (scooter, quad) et il faut se garer dans les places de parking. La police veille.
  • L’état des routes (recouvert de bitume) et la signalisation s’améliore… Un GPS international est un plus ou une bonne carte précise.
  • Les stations service ne sont pas nombreuses. Faire le plein quand on en croise une.

Se déplacer vers d’autres îles

L’avion et le bateau sont les 2 moyens pour parcourir de longues distances. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la rubrique dédiée.